News

Derrière les paillettes, la réalité d’une start-up

Success story à l'américaine ou levées de fonds de plusieurs millions... L'image des startups en fait rêver plus d'un et les dispositifs pour encourager l'entrepreneuriat fleurissent. Tout va bien dans le meilleur des mondes? Pas si sûr. Entretien avec Serge Duriavig, fondateur de la start-up NightSwapping.

Serge Duriavig, fondateur de NightSwapping, résume les différentes étapes qui ont rythmé le développement de sa start-up.

2 ans après son lancement, une levée de fonds en France de 1,5ME, plus de 150.000 utilisateurs sur sa plateforme, le succès des débuts ne l’a pas épargné et Serge Duriavig mène aujourd’hui une course contre la montre auprès d’investisseurs Français. L’enjeu avant le 31 mars 2016 sera donc de lever 2ME pour accélérer le développement de la start-up, l’amener à l’autofinancement et maintenir son équipe de 15 collaborateurs.

3 questions à Serge Duriavig, fondateur de NightSwapping

Pourquoi s’être lancé dans cette aventure?
J’ai toujours été admiratif devant la force des idées simples à pouvoir révolutionner nos modes de consommation. J’ai voulu à mon tour viser la réussite intellectuelle d’un modèle validé par le plus grand nombre. Mais créer NightSwapping, c’était aussi vivre une aventure collective aux côtés de collaborateurs engagés et passionnés par ce projet ambitieux et international.

Quel est l’envers du décor ?

La croissance des startups de l’économie collaborative reposent exclusivement sur l’acquisition d’une communauté forte et engagée, tandis que le seuil de rentabilité n’est atteint qu’à partir de la 5ème année en moyenne. Leur financement dépend donc de levées de fonds.

Ici en France, J’ai constaté que l’investissement public auprès des startups était très présent alors que du côté du privé c’était plus compliqué. Les investisseurs veulent des modèles à rentabilité immédiate alors que les startups ont besoin de financement pour construire une communauté et ensuite être rentable. C’est sans fin !

Quels sont les enjeux pour une start-up comme NightSwapping aujourd’hui ?

En seulement 2 ans et grâce à une première levée de fonds de 1,5ME, nous avons passé le cap des 150 000 membres dans le monde entier. Des débuts très prometteurs mais l’enjeu aujourd’hui est de séduire des business angels avant le 31 mars 2016 dans le cadre de notre seconde levée de fonds à hauteur de 2ME.

COMMENTS

Main Sponsors

startit KBC
vow
flagey

Supported by

gsp2
woorkrank
zerocopy
digimedia.be
startups
solvay
solvay